La nomination de trois ministres délégués suscite encore des remous au sein de la population

RTI
Read Time2 Minutes, 0 Seconds

Lenational

La Plateforme des Organisations haïtiennes des droits de l’homme (POHDH) est étonnée et consternée par la nomination de trois nouveaux ministres dans le gouvernement suite à la présentation de l’énoncé de politique générale du Premier ministre, Jean Henry Céant. La Plateforme dit prendre acte de ce premier faux pas tout en critiquant le non-respect du quota de 30 % des femmes dans la mise en place de ce gouvernement.

Les réactions autour de la nomination imprévisible de trois nouveaux ministres dans le cabinet de Céant ne cessent de susciter des remous. Un peu silencieux au départ, la société civile ne veut pas avaler la pilule. En ce sens, la Plateforme des organisations haïtiennes des droits de l’homme (POHDH) n’a pas caché sa consternation devant ces nouvelles nominations, réalisées à la dernière heure. Elle dit prendre acte de cette première décision qui annonce d’autres qui seront néfastes pour la population.

Selon la POHDH, cette mesure est contraire aux discours des titulaires de l’Exécutif qui a pourtant annoncé la nécessité de réduire de façon considérable le train de vie au niveau de l’État. La plateforme, qui qualifie de « operasyon chanpwèl kontradiktwa » cette décision, appelle le chef du Gouvernement à prendre au plus vite les mesures qui s’imposent en vue de redresser la barre.

Plus loin, la POHDH dit penser que cette nomination de l’Exécutif est contraire à l’attente populaire, aussi aux discours du chef de l’État de rationaliser les dépenses publiques. À cet effet, les dirigeants de cette organisation en appellent aux concernés à s’assumer afin que le pays obtienne finalement des services de base nécessaires à sa survie.

L’organisation de défense des droits humains a, par ailleurs, dénoncé le non-respectduquotaconstitutionnel exigeant 30 % de femmes au niveau de l’Administration publique du pays. Selon les syndicalistes, le chef de l’État et le PM ont fait fi de ce prescrit constitutionnel dans la mise en oeuvre de cette nouvelle équipe gouvernementale. D’après les dirigeants de la plateforme, cet acte constitue une attaque à l’institution parlementaire et aussi une entrave aux principes devant guider le rapport harmonieux entre l’Exécutif et le Législatif suivant l’intérêt de la démocratie.

Daniel Sévère

0 0
0 %
Happy
0 %
Sad
0 %
Excited
0 %
Angry
0 %
Surprise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Jean-Henry Céant rend visite aux conseillers de la Cour des comptes

Lenational La Plateforme des Organisations haïtiennes des droits de l’homme (POHDH) est étonnée et consternée par la nomination de trois nouveaux ministres dans le gouvernement suite à la présentation de […]