«Erigée en système, la corruption tend à devenir naturelle», dénonce la Conférence épiscopale

RTI
Read Time7 Minutes, 26 Seconds

« La corruption, c’est un mal généralisé et endémique. Erigée en système, elle tend à devenir naturelle. Elle cause de graves dommages sociaux, politiques et économiques difficilement réparables. Elle conduit tant les dirigeants que les dirigés à des pratiques mafieuses aux impacts incalculables.

Nous avons pour preuve l’affaire PetroCaribe, qui provoque un salutaire réveil de la conscience civique et patriotique. Nous nous rendons compte que le traitement de cette affaire demande la prise en considération de ces deux aspects fondamentaux : un aspect administratif et un aspect judiciaire », ont écrit le cardinal Chibly Langlois, onze évêques en fonction et un évêque Emerite, Willy Roméus de la conférence épiscopale d’Haïti dans un message appelant le peuple, à « une phase critique de notre croissance », à ne pas se « décourager », « se laisser désorienter », à garder le cap après la prise de conscience qu’il faut se relever et lutter contre des maux tels que l’impunité, la corruption, la violence des gangs armés.

« À vous qui êtes appelés à être saints, la grâce et la paix de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus-Christ ! » (Romains 1 :7).

1. Nous, les évêques catholiques d’Haïti, réunis en Assemblée plénière, nous vous saluons avec déférence et affection. Nous vivons des moments difficiles dans notre histoire de peuple. Nous les voyons comme une phase critique dans notre croissance comme peuple. C’est pourquoi nous vous exhortons à ne pas vous décourager, à ne pas vous laisser désorienter, et nous sommes à vos côtés, nous cheminons avec vous.

2. Dans notre engagement comme pasteurs et comme citoyens en faveur de la défense de la dignité, de la vie, de l’avenir et de l’espérance de ce peuple, nous ne pouvons ne pas être attentifs aux maux qui ravagent notre pays et qui nous interpellent. Il faut, en effet, reconnaître aujourd’hui que notre pays est malade. Ces maux qui le rongent sont : impunité, corruption, violence des gangs armés, pour ne citer que ceux-là parmi tant d’autres. La constatation de toutes ces plaies fait surgir en nous une prise de conscience citoyenne de notre responsabilité collective du déclin de notre pays et de notre devoir de travailler ensemble à son relèvement.

3. L’impunité se définit comme la paralysie du bras judiciaire. Elle se manifeste quand le juge n’arrive pas à rendre justice, à cause de toutes sortes de pressions. Le policier s’en plaint quand il voit en liberté, sans raison fondée, celui qu’il gardait sous les verrous. Par l’impunité, la justice est bafouée. Et l’absence de justice, c’est la présence du non-droit.

4. Un autre grand fléau est la corruption. La corruption, c’est un mal généralisé et endémique. Erigée en système, elle tend à devenir naturelle. Elle cause de graves dommages sociaux, politiques et économiques difficilement réparables. Elle conduit tant les dirigeants que les dirigés à des pratiques mafieuses aux impacts incalculables. Nous avons pour preuve l’affaire PetroCaribe, qui provoque un salutaire réveil de la conscience civique et patriotique.

5. Nous nous rendons compte que le traitement de cette affaire demande la prise en considération de ces deux aspects fondamentaux : un aspect administratif et un aspect judiciaire.

– En ce qui a trait au côté administratif, nous exhortons les tenants du pouvoir exécutif à remettre ce dossier aux instances étatiques habilitées à le traiter, et à leur faciliter la tâche pour qu’elle soit efficiente, célère et correcte. Toute la nation a les yeux fixés sur ces instances et sur la manière dont elles vont traiter cette affaire. Nous les encourageons à s’adresser, en outre, si besoin est, à d’autres experts indépendants et impartiaux comme garantie supplémentaire de crédibilité et de neutralité.

– Quant à l’intervention judiciaire, ne cédant pas à la tentation commune de l’impunité, elle doit être efficace. Qu’elle tranche avec courage et sans parti pris ! Que tous ceux qui sont impliqués dans cette vaste affaire de corruption soient identifiés et remis à la justice pour répondre de leurs forfaits et écoper des sanctions adéquates. Cependant, l’enquête minutieusement et professionnellement menée, que nous attendons, seule est capable d’aider à faire la vérité et à établir la responsabilité des présumés coupables.

C’est notre vœu le plus cher de voir régner la justice et de voir respecté et appliqué le verdict final des instances concernées. C’est d’ailleurs le désir du peuple tout entier.

6. Quant aux gangs armés, qui sont protégés et approvisionnés par des sponsors de tout acabit, ils projettent une image vile et repoussante sur l’écran social. Forts de leurs armes, ils piétinent effrontément la loi, ils annulent sans vergogne les droits imprescriptibles des citoyens à qui ils enlèvent la liberté de circuler chez eux. Ils entravent la sécurité du pays et le conduisent vers le chemin de l’anarchie. À leurs sponsors, nous rappelons que la violence mène à la ruine et de sa victime et de son auteur (cf. Genèse 4, 10). À vous qui commettez les actes de violence contre vos frères et sœurs, nous vous rappelons le commandement de Dieu : « Tu ne tueras point » (Ex 20, 13) ; « Je demanderai compte du sang de chacun de vous » (Genèse 9, 5). Tout profit résultant de la violence porte malheur. Comme fils aimés de Dieu, vous devez chercher le vrai bonheur là où Dieu veut que vous le trouviez, c’est-à-dire dans le respect de la sacralité de la vie et dans le travail digne et honnête (cf. Genèse 3, 19). Aux autorités de l’État garantes de la protection et de la sécurité de chaque citoyen, nous recommandons un engagement effectif et implacable dans la lutte contre la violence aveugle imposée par les gangs armés.

7. Nous, évêques catholiques d’Haïti, exhortons tous les fils et filles de la nation à voir dans cette crise une opportunité pour éradiquer l’impunité, la corruption, la violence des gangs armés et faire sortir définitivement le pays du marasme dans lequel il se trouve.

8. Une nouvelle Haïti est possible si les Haïtiens et les Haïtiennes sont conscients des maux qu’ils infligent à Haïti et s’ils sont capables d’y apporter remède fermement. Nous sommes à une phase critique de notre histoire. Cherchons à bien la gérer, afin de faire émerger cette nouvelle Haïti que nous souhaitons.

9. Forts des ressources de la foi chrétienne, des valeurs éthiques, morales et civiques, nous ne saurions accepter l’état de déliquescence intolérable de notre pays et nous sentons que nous sommes munis d’énergie, de savoir et de volonté pour travailler ensemble à sa transformation.

10. Nous renouvelons ici l’engagement de l’Église catholique qui a accompagné et continuera d’accompagner la vie de cette nation, dans le combat contre tous ces maux que nous avons dénoncés avec vigueur, œuvrant afin qu’Haïti devienne et demeure une terre de dignité, de liberté, d’amour, de justice, de paix et d’espérance.

11. Que la Bienheureuse Vierge Marie, Notre-Dame du Perpétuel Secours, patronne et protectrice d’Haïti, intercède pour nous et pour cette nation bénie !

Donné au Cap-Haïtien le 27 Septembre 2018, en la fête de Saint-Vincent de Paul.

Suivent les signatures des évêques présents à cette Assemblée :

S.E. Mgr Launay SATURNE

Archevêque Métropolitain

de l’Archidiocèse du Cap-Haïtien

Président de la CEH

S. E. Mgr Pierre André DUMAS

Évêque du Diocèse d’Anse à Veau/ Miragoâne

Vice-Président de la CEH

S. E. Mgr Joseph Gontrand DECOSTE, SJ

Evêque du Diocèse de Jérémie

Secrétaire Général de la CEH

S. E. Pierre Antoine PAULO, OMI

Évêque du Diocèse de Port de Paix

S. Em. Chibly Cardinal LANGLOIS

Évêque du Diocèse des Cayes

S.E. Mgr. Ducange SYLVAIN, SDB

Evêque Auxiliaire de l’Archidiocèse de Port-au-Prince

S. E. Max Leroy MESIDOR

Archevêque Métropolitain de l’Archidiocèse de Port-au-Prince

S. E. Mgr. Willy ROMELUS

Evêque Emérite du Diocèse de Jérémie

S. E. Mgr. Yves Marie PEAN, CSC

Évêque du Diocèse des Gonaïves

S. E. Mgr. Jean Alix VERRIER

Evêque Emérite du Diocèse des Cayes

S. E. Mgr Quesnel ALPHONSE, SMM.

Evêque du Diocèse de Fort Liberté

S. E. Mgr. Joseph LAFONTANT

Evêque Auxiliaire Emérite de Port-au-Prince

S.E. Mgr. Désinord JEAN

Evêque du Diocèse de Hinche

Source: RTVC

 

0 0
0 %
Happy
0 %
Sad
0 %
Excited
0 %
Angry
0 %
Surprise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Petrocaribe: Moise Jean Charles annonce avoir été désinvité par l'ONU

« La corruption, c’est un mal généralisé et endémique. Erigée en système, elle tend à devenir naturelle. Elle cause de graves dommages sociaux, politiques et économiques difficilement réparables. Elle conduit […]