Des journalistes victimes durant la journée de mobilisation du 17 octobre

RTI
Read Time1 Minute, 6 Seconds

Des journalistes ont connu des mauvais moments au cours de la journée de manifestations contre la corruption et pour exiger des comptes sur la gestion du fonds PetroCaribe.

À Saint-Marc, l’autobus qui transportait des journalistes a été attaqué, sur le chemin du retour, par des manifestants. L’autobus en question a essuyé des jets de pierres et des journalistes ont été blessés notamment par des éclats de vitres.

Les journalistes ont pu quitter les lieux à la diligence des forces de l’ordre qui, en dépit de leur manque de munitions, ont riposté par des jets de pierres afin d’aider les travailleurs de la presse à laisser la zone dangereuse.

À Port-au-Prince, les journalistes Fanfan Jean-Louis et Jean-Chrisnol Prophète ont été la cible d’une patrouille policière, à l’entrée de la radio vision 2000, à l’avenue John Brown (Port-au-Prince).

Les véhicules des agents en question ont été clairement identifiés par des témoins. Il s’agit d’un pickup immatriculé SE 00 325 et d’un autre véhicule (Toyota Land Cruiser) immatriculé AA 17 752).

Ces agents ont emporté les matériels de travail des journalistes. Ils reprochaient à ces derniers de leur avoir filmé.

Pour disperser la foule qui grandissait, les agents susmentionnés ont tiré plusieurs coups de feu en l’air…

 

Source: Vant bèf info

0 0
0 %
Happy
0 %
Sad
0 %
Excited
0 %
Angry
0 %
Surprise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Jovenel Moise, entre l'écume et le marteau.

Des journalistes ont connu des mauvais moments au cours de la journée de manifestations contre la corruption et pour exiger des comptes sur la gestion du fonds PetroCaribe. À Saint-Marc, […]