16 déclarations à retenir du discours de Jovenel Moise à l’ONU

RTI
Read Time4 Minutes, 59 Seconds

Le président haïtien Jovenel Moïse a prononcé, ce jeudi 27 septembre, son allocution officielle sur la tribune de l’ONU, dans le cadre de la 73e session ordinaire de l’Assemblée générale des Nations-Unies. Loop compile ici, pour vous, 16 des déclarations faites par le chef de l’État au cours de son discours.

1 – Depuis le 7 février 2017 (date de son accession au pouvoir) je n’ai eu de cesse d’œuvrer à la consolidation de l’Etat de droit et à la promotion des droits de l’homme, pleinement convaincu de la nécessité de moderniser la structure économique, sociale et politique pour sortir le pays du piège du sous-développement.

2 – Nombreux sont les résultats tangibles obtenus au cours des dix-huit derniers mois dans la modernisation sociale, politique et économique engagée par le Gouvernement.

3 – La bataille contre la corruption entamée depuis le 07 Février 2017 ne saurait rester un vœu pieux. C’est une bataille qui nous permettra de léguer à la génération future, un pays meilleur où il fera bon vivre.

4 – Dans un contexte de raréfaction des moyens et de la forte pression des besoins, la Caravane du changement est, à cet égard, une stratégie novatrice visant à mettre toutes les ressources de l’Etat au service du peuple.

5 – En juillet dernier, suite à l’application de la loi sur l’ajustement des prix de l’essence conclu avec le Fonds monétaire international, le pays a vécu la fâcheuse et douloureuse expérience d’un soulèvement populaire en réaction aux exigences du Staff Monitored Programme conclu avec le Fonds monétaire international. En effet, Haïti, qui ne produit pas de pétrole est confronté́ à la douloureuse exigence de continuer à financer les subventions gouvernementales du prix des produits pétroliers.

6 – Sans vouloir en rejeter le blâme sur quiconque, il y a lieu de noter que le récent soubresaut enregistré a été́, en grande partie, la résultante d’une vision trop étriquée de l’aide au développement, qui ne permet pas toujours à nos partenaires internationaux de reconnaître la nécessité́ d’une approche moins fragmentée, moins rigide, plus intégrée, bref, plus cohérente des problèmes interdépendants de développement et de sécurité́, et beaucoup plus en adéquation avec les cinq (5) Principes de Paris sur l’Administration et l’Efficacité́ de l’aide publique au développement et le Programme d’Action d’Accra.

7 – L’accès à de bonnes infrastructures routière, électrique, numérique, sanitaire, scolaire, environnementale et hydraulique est un prérequis pour tout pays qui vise d’accéder au développement durable. La République d’Haïti a reçu près de 11 milliards de dollars en don et en prêt entre 2006 et 2016 et toutes ses infrastructures ne se sont pas mises en place.

8 – L’extrême pauvreté est une négation de la dignité humaine. Elle doit, par conséquent, figurer au cœur de l’action des Nations Unies ainsi, des centaines de millions d’hommes et de femmes auront l’espoir de voir un jour l’eradication de la pauvreté.

9 – Pour que l’eau courante soit disponible dans les robinets des ménages de toutes les communes d’Haïti, seulement 220, 000,000 m3 sont nécessaires chaque année. Pourtant 40 milliards de m3 d’eau de surface sont déversés à la mer chaque année. Avec environs trois cent millions de dollar (300, 000,000 et 00/100) nous pouvons traiter les 220, 000,000 m3 nécessaires pour desservir toutes les communes d’Haïti.

10 – S’agissant de l’éducation, 15,000 salles de classe sont nécessaires pour permettre aux 500,000 enfants qui ne fréquentent pas encore l’école d’avoir accès à une bonne éducation de base. Environs 450 millions de dollars sont nécessaires pour la construction de ces salles de classes.

11 – Cent vingt-deux (122) centres de santé sont nécessaires pour combler le déficit que nous avons au niveau des sections communales ; 20 millions de dollars en sont nécessaires. Je profite aussi pour interpeller la communauté́ internationale sur l’obligation de mobiliser les ressources pour éliminer le choléra introduit par la MINUSTAH en Haïti et pour compenser les victimes.

12 – Pour interconnecter et rénover les 146 communes d’Haïti et améliorer certains tronçons de routes dans les sections communales, huit cent millions (800, 000,000 et 00/100) de dollars sont nécessaires.

13 – Nous avons besoin d’une production de 50 millions de plantules d’arbres fruitiers et forestiers chaque année pour reboiser le pays. La construction de 14 centres de Germoplasme et de propagation végétale pouvant produire 63 millions de plantules/année coûte environ 35 millions de dollars.

14 – Pour construire un réseau de transmission, de distribution électrique et numérique convenable sur les 27,750 km2, environ 400 millions de dollars sont nécessaires.

15 – Je tiens à réitérer ici, devant cette Assemblée, l’engagement solennel que j’ai pris envers le peuple haïtien et la communauté́ internationale de ne ménager aucun effort pour engager résolument le pays sur la voie d’un développement durable, s’appuyant sur l’Etat de droit, la stabilité́ politique, la lutte inlassable, acharnée et opiniâtre contre la corruption, sous toutes ses formes, la modernisation des institutions, le progrès socio-économique, la consolidation des conquêtes démocratiques et des acquis en matière de droits humains, qui, j’en ai la conviction, sont irréversibles.

16 – Du haut de cette tribune, je voudrais dire à nos partenaires techniques et financiers que nous devons, ensemble, nous armer du courage nécessaire pour repenser l’aide au développement d’Haïti et les autres pays qui en ont besoin, tout en ayant pour boussole la déclaration de Paris de 2005 sur l’efficacité́ de l’aide publique au développement et le programme d’Accra de 2008.

Source: Loophaiti

0 0
0 %
Happy
0 %
Sad
0 %
Excited
0 %
Angry
0 %
Surprise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Jovenel Moise n’était pas prêt à être président, dit Stevenson Benoit

Le président haïtien Jovenel Moïse a prononcé, ce jeudi 27 septembre, son allocution officielle sur la tribune de l’ONU, dans le cadre de la 73e session ordinaire de l’Assemblée générale […]